Ostéopathie Hadrien Corjon Guilvinec Finistère

Les thérapies manuelles se retrouvent tout autour du monde, et ce, quelque soit les époques. Certains hiéroglyphes égyptiens mettent en scène des prêtres médecins (les Saous) manipulant des patients (5000 à 2700 av. JC). En Chine, le Dong-Fa (mobilisations articulaires traditionnelles) principalement et le Tui-Na (massage chinois, environ 2700 av. JC) étaient des institutions et se pratiquent toujours. Hippocrate (460 av JC – 370 av JC) décrit dans son livre sur les articulations, des techniques précises comme des manipulations vertébrales. Nous retrouvons les bonesetters aux États-Unis et au Royaume-Uni, les hueseros en Amérique du Sud, les algebristas en Espagne…

Hiéroglyphe égyptien technique ostéopathie
Hiéroglyphe égyptien représentant une manipulation du membre supérieur.
Tui-na ostéopathie
Esquisse chinoise représentant un massage Tui-Na.
Manipulation ostéopathie
Bas relief de la Grèce antique représentant une manipulation de l’épaule.
Bonesetter ostéopathie
Professeur Atkinson, Bonesetter anglais, 1898.

 

Andrew Taylor Still, fondateur de l'ostéopathie
Andrew Taylor Still (1828-1917)

L’ostéopathie est une thérapie manuelle développée aux Etats-Unis par Andrew Taylor Still (1828-1917).

A.T. Still est un médecin-chirurgien à Kirksville dans le Missouri. Il se forme à la médecine en pratiquant avec son père, pasteur méthodiste et médecin. Durant la Guerre de Sécession, il est déçu par les nombreux échecs de la médecine de l’époque et se rend compte que dans les régions pauvres en médecins, il y a moins de mort chez les enfants. Il souhaite alors soigner plus efficacement et plus naturellement ses patients et étudie intensivement le corps humain, en se documentant, disséquant et en rencontrant différents « bonesetters » (rebouteux).

Progressivement, A.T. Still met en place des techniques ostéopathiques. L’ostéopathie nait officiellement en 1874. Il exerce et continue d’apprendre de manière itinérante jusqu’en 1885. Sa renommée grandissante traverse les frontières des états alentours et il souhaite, par la suite, transmettre son savoir et sa philosophie. Il fonde ainsi, en 1892, le premier Collège d’Ostéopathie à Kirksville.

Par la suite, certains de ses élèves continuent la recherche ostéopathique dans des domaines spécifiques et enrichissent les champs d’actions de l’ostéopathie, les techniques… Parmi eux, J.M. Littlejohn importa l’ostéopathie en Europe et fonda la British School of Osteopathy en Angleterre. De son côté W.G. Sutherland continua et développa les travaux de Still. Par ailleurs, il révolutionna l’ostéopathie dans le champ crânien.

Après de nombreuses évolutions, cette discipline est pratiquée dans de nombreux pays à travers le monde. Elle est reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Le 4 mars 2002, l’ostéopathie est reconnue par l’Etat français et par la suite, des décrets d’applications viennent réglementer la pratique et la formation de l’ostéopathie.

Technique ostéopathie Hadrien Corjon Guilvinec FinistèreCette méthode thérapeutique considère le corps du patient comme une globalité. Elle repose sur la palpation dans le but de diagnostiquer et de traiter. L’ostéopathe recherche et traite les dysfonctions de mobilité occasionnant une altération de l’état de santé (douleurs, gènes ou troubles), au niveau des articulations, des muscles, des fascias, des ligaments, des viscères, des nerfs, etc. dans le but de rééquilibrer le corps du patient pour un fonctionnement optimal.

Il existe différents types de techniques ostéopathiques : structurelle, fasciale, viscérale, crânio-sacrée… Une catégorie de technique n’est pas mieux qu’une autre, elles sont complémentaires et seront adaptées à chaque patient. Quelque soit le type de technique utilisée, l’objectif est le retour à la mobilité et la rééquilibration. Un traitement ostéopathique complet combine le plus souvent ces différents types de techniques.

L’ostéopathie est à la fois préventive et curative et s’intéresse à la cause des symptômes.

L’ostéopathie s’adresse à toutes personnes, quelque soit l’âge.

Une consultation ostéopathique se déroule de la manière suivante :

  • Osteopathie Hadrien Corjon Guilvinec Finistere ConsultationAnamnèse : interrogatoire sur le(s) motif(s) de consultation, les antécédents médicaux, chirurgicaux, traumatismes, etc. Analyse des examens complémentaires (radiographies, scanner, IRM, examens de laboratoire, échographie…)
  • Examen clinique : observation, tests de mobilité…
  • Diagnostic ostéopathique ou diagnostic d’exclusion (si la pathologie ne relève pas de l’ostéopathie)
  • Traitement
  • Conseils éventuels

Concernant les nouveau-nés et jeunes enfants, l’anamnèse sera bien évidemment quelque peu différente et les techniques employées lors du traitement seront spécifiques à l’âge du patient.

La consultation dure 45 à 60 minutes environ.

En fonction de chacun, plusieurs consultations sont possibles, toutefois l’ostéopathe recherche l’autonomie de son patient et donc proposera un minimum de séances.